SOCIETE

6e édition de Feux de Brazza : les directeurs de festivals satisfaits de la formation octroyée

• Bookmarks: 676


Du 7 au 10 décembre s’est tenue, à Brazzaville, la sixième édition du Festival populaire et international de musiques traditionnelles « Feux de Brazza », durant laquelle les directeurs de festivals de quelques pays d’Afrique centrale ont bénéficié d’une formation en management des industries culturelles et créatives.

Le Congo, la République démocratique du Congo, le Cameroun et le Gabon sont les pays qui ont participé à la formation initiée par Feux de Brazza, avec l’appui de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture. Durant deux jours, les directeurs de festivals de ces quatre nations d’Afrique centrale ont été outillés à la définition du modèle économique d’une entreprise culturelle, ainsi que sur comment manager son projet dans les industries culturelles et créatives. L’objectif étant de faire développer le secteur des arts du spectacle vivant, ainsi que de faire de la culture un gisement où les artistes devront puiser pour pouvoir développer les économies des pays de la sous-région.

« Nous avions renforcé les compétences des participants sur les fondamentaux et les outils nécessaires pour pouvoir atteindre leurs objectifs. Félicitations aux participants pour l’interaction riche car les échanges ont été houleux et nous avions pu accorder nos guitares sur des résolutions qui, je l’espère, porteront leurs fruits à l’avenir. Par ailleurs, avec l’appui du réseau des directeurs de festival qui vient d’être créé, nous continuerons de former les artistes disponibles », a fait savoir le Dr Eric Loembet, formateur en création de projets et en développement de carrières artistiques.

Il a, en outre, félicité le festival Feux de Brazza qui, depuis des années, accompagne les acteurs de l’industrie artistique et promeut la musique traditionnelle. En mettant un accent sur la formation en cette sixième édition, pour Eric Loembet, les organisateurs ont relevé le pari d’une relance réussie de ce rendez-vous majeur de la musique traditionnelle que les artistes attendaient tant.

Participant à la formation, Maman Crédo, artiste musicienne congolaise et directrice du festival Zaba, a salué l’idée de cette formation qui, en deux jours seulement, a pu déceler leurs lacunes pour un avenir plus radieux. « J’ai beaucoup apprécié de prendre part à cet événement car les enseignements m’ont ouvert l’esprit pour réaliser qu’il y avait pas mal de failles dans notre façon de travailler en tant qu’artistes professionnels, de concevoir les projets et de les exécuter. Au sortir de cette formation, on est équipé pour aller de l’avant dans la promotion de la culture africaine et de la musique traditionnelle », a-t-elle confié.  

6 recommended
0 notes
bookmark icon

Write a comment...

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *