ECONOMIE

Agro-industrie : Denis Sassou-N’Guesso s’engage à construire une usine d’engrais

• Bookmarks: 15198


Dans son message de vœux à la Nation à l’occasion du Nouvel An 2023, le président de la République, Denis Sassou-N’Guesso, a réitéré le « ferme engagement » de construire la première usine de fabrication d’engrais et de fertilisants du pays. Un défi de taille pour le gouvernement congolais qui devra mobiliser les investisseurs, notamment autour du projet de l’usine d’engrais de la Zone économique spéciale (ZES) de Pointe-Noire.

Un protocole d’accord relatif à la construction de l’usine des engrais agricoles a été signé depuis le 13 septembre 2018, entre le gouvernement et la société danoise Haldor Topsoe. Le futur complexe agro-industriel est prévu dans la ZES de Pointe-Noire, pour un montant global estimé à 2,5 milliards de dollars américains, soit environ 1410 milliards de FCFA. L’accord prévoit qu’un tiers des travaux de l’usine devrait être financé par les participants au capital du projet et le reste du financement résulterait d’un emprunt bancaire garanti par l’institution danoise IKF.

En ce qui concerne l’exploitation, la compagnie danoise, Haldor Topsoe, devrait s’associer à la société locale MGI internationale, spécialisée dans la fourniture d’énergie électrique, pour la production de l’ammoniac nécessaire à la fabrication des engrais agricoles. MGI internationale est chargée de fournir du gaz naturel à Haldor Topsoe en capacité de produire des fertilisants puis de fabriquer des engrais mélangés et l’urée.

Après cette étape formelle, reste la mobilisation des partenaires financiers autour du projet. Le besoin de recourir aux investisseurs étrangers est ressorti dans les propos du chef de l’État lorsqu’il enjoint le gouvernement à mener le plaidoyer auprès des partenaires techniques et financiers en vue de la construction du complexe agro-industriel.

« Il importe de renforcer la disponibilité des intrants nécessaires pour accélérer, grâce aux nombreux atouts et potentialités de ce secteur, l’essor de l’agriculture au sens large, afin que le développement de ce pilier structurant de notre Plan national de développement 2022-2026 ne se résume guère à de vains slogans. En 2023, il s’agira de relever, du mieux possible, le défi de l’optimisation pour consolider les acquis, en l’occurrence les performances économiques encourageantes obtenues et les avances sociales enregistrées », a déclaré le chef de l’État.

Le Congo dispose aussi d’importants gisements de potasse essentiels à la production d’engrais. La société australienne Kore Potash, qui exploite deux gisements d’une superficie de 650 km² dans le Kouilou, avait annoncé l’entrée en production du projet Kola, à 40 km du littoral. Kore Potash entend investir 4 milliards de dollars (près de 2500 milliards FCFA) sur vingt ans, pour une production annuelle de 5 millions de tonnes de potasse.

Cette réserve de potasse est considérée de classe mondiale, avec une importante teneur des minerais et une faible profondeur des dépôts en moins de 300 m. Le développement de la production pourrait hisser le Congo au rang des grands pays exportateurs d’engrais et l’aider à détenir 6% de la production mondiale, selon des estimations officielles.

C’est en mars 2018 que le gouvernement avait accordé les permis d’exploitation pour les gisements de Kola et Dougou, à 100 km de Pointe-Noire, à la société congolaise Sintoukola Potash, détenue à 97 % par la compagnie australienne Kore Potash.

15 recommended
0 notes
bookmark icon

Write a comment...

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *