ECONOMIE

Appui budgétaire : le Congo attend 823,8 millions de dollars de ses partenaires

• Bookmarks: 3173


Le succès de la première revue du programme triennal avec le Fonds monétaire international (FMI) a permis à la République du Congo de renouer avec ses principaux partenaires. Outre le crédit de 450 millions de dollars ordonné par le FMI, le pays va bénéficier de nouveaux financements de 210 millions de dollars de la Banque mondiale, de 100 millions de dollars de la Banque africaine de développement (BAD) et 63,8 millions de dollars de la France.

L’état des lieux de la coopération financière du Congo avec ses partenaires au développement a été dressé, le 19 mai à Brazzaville, par le ministre des Finances, Rigobert Roger Andely, lors de la cérémonie de signature de trois accords de financement d’un montant de vingt-cinq millions de dollars (16,5 milliards FCFA) avec la délégation de l’Union européenne. Une activité qui consacre la poursuite de la normalisation des relations entre le gouvernement et les partenaires bilatéraux et multilatéraux, dont l’apport est « capital » dans le redressement de l’économie congolaise.

Des appuis budgétaires sont prévus dans le cadre de l’exécution du programme de réformes macroéconomiques conclu avec le FMI, le 21 janvier dernier, grâce à une facilité élargie de crédit de 450 millions de dollars (279,2 milliards FCFA) sur trois ans. Suite à la première revue du programme tenue du 31 mars au 18 avril, le gouvernement percevra un deuxième décaissement de fonds dès le mois de juin, après le premier décaissement intervenu en janvier dernier.  

La Banque mondiale a promis une enveloppe de 210 millions de dollars pour trois ans. Le dossier de cet appui budgétaire, à en croire le ministre des Finances, est en phase de validation et les premiers versements sont attendus pour le second semestre de cette année. Lors des prochaines assemblées générales de la BAD, le gouvernement entend accélérer les négociations sur le versement de crédit de 100 millions de dollars (62 milliards FCFA).

Enfin, le pays vient de signer avec la France pour 60,5 millions d’euros (39,6 milliards FCFA) un accord de prêt au taux concessionnel. Les deux parties poursuivent les négociations et au plus tard le 30 juin, le dossier devra être validé par le conseil d’administration de l’Agence française de développement, avant le premier décaissement de la première tranche d’un montant de 30 millions d’euros. « Pour l’Union européenne, la France, la Banque mondiale et la BAD, tous les décaissements étaient conditionnés par la fameuse première revue avec le FMI », a conclu Rigobert Roger Andely.   

3 recommended
0 notes
bookmark icon

Write a comment...

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.