OPINION

Après Owando, en route vers le parti unique

• Bookmarks: 7225


Olé ! Cette fois, cela aura été Owando. Combien de milliards pour cette belle messe fumeuse prétendant harmoniser le contexte des élections sans biométrie, conduite par la même institution qui demain présentera un plébiscite tous azimuts, pour une majorité sans bilan où le sac et le ressac charrient les mêmes vices : le gain du per diem et la compromission.

L’incompétence soutenue par le vol des deniers publics résume l’art de gouverner au Congo. On en oublie qu’il y en avait, les mêmes pour dire vrai, qui répétaient à longueur de journée que le ridicule ne tue pas.

Le cuir endurci par le temps qui passe n’a rien infléchi de cet évangile. Dieu merci, mercenaire intellectuel sans âme, il y’a Thierry Moungala, le rossignol de service pour chanter la louange.

Que dire de tous ces lascifs politiques habitués à la mortification qui, année après année, participent à la messe de requiem des restes de la démocratie.

Se souvient-on de temps en temps qu’on était parti pour expérimenter la démocratie ? Où en sommes-nous ? Plus proches de son passage dans la réalité ou du parti unique ?

Le parti unique consacre le primat exagéré d’un parti sur la partie congrue que représente les autres. Et si d’aventure, tel est le cas, comment y sommes-nous arrivés ? Par nostalgie ou contraints et forcés ?

Après tout, si cela fait avancer le pays, les pragmatiques dénués de sens moral, valideraient la chose. Or voilà, le pays est en pleine banqueroute, aussi bien les étudiants que le monde du travail, retraités y compris, font la prospérité de la seule industrie qui marche, les pompes funèbres.

Depuis combien de temps cela dure et pire encore, entend durer ? Une anesthésie générale a englué toute une population qui ne comprend pas qu’elle dévale une pente !

Que Dieu bénisse le Congo-Brazzaville.

Laurent DZABA
Président du Mouvement Panafricain et Citoyen

7 recommended
0 notes
bookmark icon

Write a comment...

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.