SOCIETE

Baccalauréat : Ramane Moungomo, premier bachelier autochtone de Bambama

• Bookmarks: 10194


L’organisation non gouvernementale (ONG) Espace Opoko a annoncé, à la suite de la publication des résultats du baccalauréat 2022 de l’enseignement général, l’admission de Ramane Moungomo, premier lycéen autochtone de l’histoire du district de Bambama dans le département de la Lekoumou. 

L’histoire retiendra que jusqu’en 2012 aucun élève autochtone du district de Bambama n’avait franchi le cap du collège. C’est d’ailleurs ce qui a poussé Averty Ndzoyi à créer une ONG  dénommée Espace Opoko pour prendre en charge l’éducation scolaire des élèves autochtones en République du Congo, dans le but de leur donner les mêmes chances de réussite scolaire. Depuis lors, l’ONG a élargi ses activités dans plusieurs départements du pays et a déjà enregistré sept étudiants autochtones dans le pays. Mais dans le district de Bambama, l’organisation n’avait jusque-là que huit lycéens. En s’admettant au baccalauréat 2022, Ramane Moungomo devient donc le tout premier étudiant de l’histoire du district de Bambama.

La nouvelle de l’admission de Ramane Moungomo au baccalauréat 2022 a fait l’effet d’une bombe dans la communauté autochtone de Bambama. L’oncle de l’heureux bachelier n’a pas caché ses sentiments. « Jamais on avait pensé avoir un étudiant dans notre communauté. On pensait même qu’un autochtone ne pouvait jamais avoir le baccalauréat », a-t-il déclaré. Quant à l’heureux admis,  il n’en revenait pas. « J’ai à la fois envie de crier, de pleurer, de courir et même de rouler par terre. Je n’ai jamais ressenti ce sentiment auparavant. », a-t-il fait savoir.

Pour célébrer la réussite de Ramane Moungomo, l’ONG envisage d’organiser une grande fête dans la communauté. Pour Averty Ndzoyi, président de l’ONG Espace Opoko, cette fête aura pour objectif de passer un message à tous les enfants de la communauté autochtone que rien n’est impossible lorsqu’on se donne au travail. « Ça sera aussi une occasion pour nous de renouveler notre soutien et surtout d’annoncer la fin de la construction du premier bâtiment qui abritera l’internat scolaire pour lycéens autochtones à Sibiti », a-t-il signifié.

Le gouvernement et les Nations unies invités à aider les étudiants autochtones

Le 27 août prochain, l’ONG Espace Opoko va célébrer ses dix ans d’existence. Vanessa Nzouba, représentante de cette ONG à Brazzaville, estime qu’il est temps que le gouvernement de la République, les organes du système des Nations unies et les représentations diplomatiques accréditées au Congo s’impliquent dans l’aide aux étudiants autochtones puisque L’Espace Opoko s’efforce seul à prendre en compte tous les étudiants autochtones du pays. C’est pourquoi elle lance un appel afin que la question du soutien des étudiants autochtones dans la ville capitale requiert une attention particulière cette année.

« Cette année sera très difficile pour le bureau de Brazzaville parce que nous devons assurer la prise en charge à 100% de sept étudiants autochtones. Cela va du logement à la nutrition en passant par la santé, le déplacement, etc.  Nous n’avons actuellement qu’un seul soutien au plan sanitaire grâce au partenariat signé avec le laboratoire médical AgoraCare. Avec l’arrivée de Ramane Moungomo, nous devons soit louer un studio supplémentaire où trouver un appartement pour les loger tous ensemble. Ce qui nécessite les fonds que nous n’en avons pas », a-t-elle souligné .

10 recommended
0 notes
bookmark icon

Write a comment...

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.