OPINION

Cession des terres au Rwanda : Sassou prouve qu’il n’a jamais eu aucune vision pour le Congo

361


Nul ne peut feindre d’ignorer que les accords sur la concession de 12.000 hectares des terres arables, l’équivalent de la superficie de la ville de Pointe-Noire multipliée par trois, ont été signés en violation de la constitution congolaise d’octobre 2015, notamment en son article 219 : « Nulle cession, nul échange, nulle adjonction du territoire n’est valable sans le consentement du Peuple congolais appelé à se prononcer par voie de référendum. »

Cette cession des terres agraires au Rwanda prouve à suffisance que Denis Sassou Nguesso et son clan n’ont aucune vision pour le Congo. Céder des terres aux étrangers alors que les agriculteurs sont abandonnés et victimes des tracasseries policières et administratives est aberration totale.

Asie Dominique de Marseille parle d’un appel qui avait été fait, apparemment il n’a pas pris connaissance des termes de cet accord cadre, l’article 5 de cet accord indique, je cite : « les Investissements négociés sans publicité préalable et sans mise en concurrence Par dérogation aux dispositions relatives à la publicité préalable, et à la mise en concurrence, tous les contrats contenant engagement d’investissements stratégiques directs d’un montant supérieur ou égal à un seuil fixé de commun accord entre les deux Parties contractantes, sont négociés sans publicité préalable et sans mise en concurrence. Les règles de publicité préalable et de mise en concurrence en vigueur, s’appliquent lorsqu’il existe une pluralité d’investisseurs intéressés par le même projet sur le territoire de l’autre. »

Que dire de la durée de cet accord, un accord à durée illimitée, comme quoi le Rwanda prend possession de ces terres indéfiniment cf. Article 16 : de l’accord cadre : « Le présent Accord demeurera en vigueur pour une durée illimitée. Chacune des Parties peut dénoncer le présent accord par voie diplomatique à travers un préavis écrit à l’autre partie un (1) an avant et ce après une période de 10 ans à partir de la date d’entrée en vigueur. Voilà le Congo vendu aux rwandais que veut justifier Dominique de Marseille.

Des secteurs d’activités : Article 3 de l’accord cadre : « Les deux Parties conviennent d’axer principalement leurs investissements réciproques dans les domaines d’activités suivants: Transport, agriculture au sens large (Pisciculture, foresterie, pêche…): Le développement industriel; Le développement du tourisme et des loisirs: Le développement de l’économie numérique; Le développement des zones économiques spéciales; La promotion de l’immobilier ; L’exploration et l’exploitation minière : Les infrastructures des transports; climatique.

La question à se poser pourquoi tous ces accords ont été signés par Denis Christel Sassou Nguesso, sans en soumettre préalablement à l’Assemblée Nationale et au Sénat congolais ?

Inconscient des enjeux stratégiques, et géopolitique de la sous région, la question de souveraineté est indiscutable. L’argent présenté au Congo pour l’achat de ces terres, ne manque pas au Congo. L’opacité de cet accord pousse les congolais à réfléchir et à douter des avantages que cela peut avoir au Congo. Les Congolais ne sont plus dupes voilà pourquoi à part les fanatiques , tous les Congolais désapprouvent cet accord avec le Rwanda car connaissant les enjeux de survie hégémonique du Rwanda.

Une décision en violation de la constitution qui est la norme première d’une République! Il faut être au Congo pour assister à ces dérives, signe d’une crise de la compétence au niveau de l’exécutif.

0 notes
bookmark icon

Write a comment...

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.