SOCIETE

Délinquance : les jeunes de Poto-Poto et Madibou disent non au phénomène « bébés noirs »

• Bookmarks: 7326


Les jeunes des troisième et huitième arrondissements de Brazzaville ont manifesté, le 12 janvier, leur désir d’arrêter avec les agressions et actes de banditisme pour se lancer dans les activités créatrices de revenus.

Dans l’optique de la poursuite du marathon de sensibilisation et d’échange sur la délinquance juvénile en milieu urbain, le Haut-commissariat à la Justice restauratrice, à la Prévention et au Traitement de la délinquance juvénile, que dirige Adolphe Mbou-Maba, a donné la parole, le 12 janvier, aux jeunes, agents de la force publique, femmes et acteurs de la société civile de Poto-Poto et de Madibou.

A l’image de leurs amis de Makelékélé et de Moungali, les jeunes dits « bébés noirs » des troisième et huitième arrondissements de Brazzaville ont souhaité que toutes les conditions soient réunies afin de les accompagner et leur permettre d’abandonner le banditisme.

Ils se sont engagés à oublier leur passé pour construire une vie normale et contribuer à l’émancipation de la société comme tout autre citoyen. « Donnez-nous du travail et vous verrez que cela va finir. Imaginez si je travaille du matin au soir, à quel moment j’irai encore agresser les gens pour obtenir de quoi manger ?  Faites à ce que nous soyons occupés de façon permanente car il est difficile de s’imposer dans la famille si l’on ne fait rien. Aussi, donnez du travail aux Congolais car même les petits boulots comme la manutention leur sont refusés », a indiqué un délinquant vivant à Poto-Poto.

Pour sa part, Adolphe Mbou-Maba a dit agir sous les instructions du président de la République, à travers l’orientation du Premier ministre. Il a indiqué qu’il est nécessaire d’opter pour l’action concertée afin de mettre fin au phénomène « bébés noirs ».

Avec ADIAC

7 recommended
0 notes
bookmark icon

Write a comment...

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.