POLITIQUE

Diaspora: trois rencontres marquantes à l’adresse des Congolais

• Bookmarks: 6283


L’année 2021 était synonyme de l’appel à la mobilisation de la diaspora congolaise de France aux efforts de développement national. Nous jugeons important de mettre à ce jour un zoom sur trois des rencontres sur ce thème : à l’ambassade du Congo, au Palais des congrès d’Issy-les-Moulineaux, et le rendez-vous en visioconférence de Dimitri Mfoumou-Titi.

Anatole Collinet Makosso à la rencontre de la diaspora

Lors de sa première visite officielle en France, le Premier ministre, malgré les contraintes sanitaires liées à la covid-19, avait tenu à s’entretenir en présentiel avec les Congolais de l’étranger, dans la Salle verte de l’ambassade du Congo en France. De l’avis des participants, « c’était une reconnaissance à la mutualisation des efforts des enfants d’un même pays » alors que ce sentiment de reconnaissance avait bien souvent été, auparavant, le maillon manquant entre institutions et diaspora en tant que levier stratégique.

De par l’échantillon du jour, le Premier ministre avait pu prendre la mesure des compétences congolaises résidant en France car, dans la Salle verte installée en respect des jauges sanitaires, étaient venus de leur plein gré des médecins et des avocats, des ingénieurs et des architectes, des scientifiques, des enseignants et des entrepreneurs, tous désireux de contribuer à l’édification d’un Congo prospère.

Premier forum de recrutement européen de la diaspora à Issy-les-Moulineaux

Porté par l’Agence congolaise pour l’emploi (ACPE) et le Fonds national d’appui à l’employabilité et à l’apprentissage, s’était tenu, le 9 novembre 2021 à Issy-les-Moulineaux, le premier forum de recrutement de la diaspora en présence de Hugues Ngouélondélé, ministre de la Jeunesse, des Sports, de l’Education civique, de la Formation qualifiante, ainsi que de ses homologues Jacqueline Lydia Mikolo des Petites et moyennes entreprises, et Edith Delphine Emmanuel, de l’Enseignement supérieur, sans oublier Rodolphe Adada, ambassadeur du Congo en France.

À l’heure où il est question d’éviter ce que l’on appelle en matière de ressources humaines « le clonage », c’est-à-dire disposer des mêmes profils, il était plus vital que jamais de procéder à la diversification de la main-d’œuvre avec un personnel en partie constitué des Congolais, avait souligné Noelly Oyabiki Iwandza, directrice de l’ACPE de l’époque.

Pour sa part, Patrick Robert Ntsibat avait justifié sa présence pour apporter auprès des jeunes le schéma de formation dans divers métiers pouvant leur garantir l’employabilité.

L’objectif général de ce forum consistait à informer les compétences congolaises de la diaspora sur l’évolution de la règlementation et des dispositifs en matière d’emploi au Congo, et de les mettre en relation avec les entreprises installées au pays, représentées lors de cette rencontre.

Enthousiastes à l’idée de “travailler pour le Congo”, les Congolais s’étaient rendus en nombre au Palais des congrès d’Issy-les-Moulineaux. Sur place, ils s’étaient informés, laissés conseiller, et certains avaient même entrepris, pour la mise en place de leurs projets, leur retour  professionnel.

Les « Connecting days de l’Association développement relations Nord Sud–ADRNS »

À proprement parler, ces rencontres n’ont pas vraiment leur place dans cette sélection, mais comme il s’agissait de l’une des manières, pour la diaspora, de vivre à l’étranger et de s’impliquer activement dans la construction du Congo, on s’autorise, de ce fait, à jouer avec les limites des rencontres précédentes.

Dès le 14 janvier, en appui de l’ADRNS de Dimitri M’Foumou-titi, s’était tenue une rencontre avec, comme intervenant principal, Sylvestre Didier Mavouenzela, président de la Chambre consulaire de Pointe-Noire de la République du Congo.

À l’adresse de la diaspora avait été donné un éclairage de « Liziba »,  plateforme de collecte, de production et de mise à disposition des informations économiques, commerciales, administratives, règlementaires, juridiques et fiscales au service des agents économiques.

Cette rencontre avait permis de comprendre notamment toutes sortes de documents clés validés (lois, guides, bonnes pratiques, réglementation, procédures etc.), un annuaire d’entreprises et d’instances de développement et des données d’intelligence économique territoriale.

6 recommended
0 notes
bookmark icon

Write a comment...

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.