ACTUALITE

La RDC officiellement admise au sein de la CAE d’ici avril

• Bookmarks: 11322


Au cours du 18e sommet extraordinaire des chefs d’État de la Communauté d’Afrique de l’est (CAE), tenu le 22 décembre dernier et présidé par le président kényan, Uhuru Kenyatta, il a été approuvé l’admission de la République démocratique du Congo (RDC) au sein de cette organisation. Le Conseil des ministres devra entamer des négociations avec Kinshasa, dans le cadre d’un processus en trois étapes, pour ouvrir la voie à son admission définitive dans la communauté.

Dix étapes existent pour qu’un membre soit admis dans la CAE. Jusqu’à présent, la RDC en a franchi sept et il lui reste trois étapes avant son admission dans cette communauté.

La première étape pour laquelle le Conseil est mandaté est de mener des négociations au niveau supérieur, permanent/secrétaire principal et ministériel, prévues pour janvier et février. Les négociations concernent divers secteurs, notamment les affaires politiques, juridiques et institutionnelles, les infrastructures, les secteurs productifs et sociaux, les affaires économiques et le commerce. La deuxième étape est l’examen du rapport des négociations par le Conseil extraordinaire de la CAE au début de cette année. La troisième et dernière étape est l’examen des recommandations du Conseil et la décision d’admission de la RDC lors du sommet prévu au début de cette année.  « Un élément clé de nos délibérations a été de faire progresser les aspirations de nos frères et sœurs de la RDC à nous rejoindre au sein de l’EAC. Je considère cela comme un témoignage non seulement du succès de l’EAC mais aussi des opportunités qui restent inexploitées », a déclaré le président kényan, Uhuru Kenyatta, lors du sommet virtuel, précisant que que l’admission imminente de la RDC est une affirmation des efforts de la région pour approfondir l’intégration et élargir la coopération.

La réunion réunissait les présidents Kenyatta, Samia Suluhu Hassan (Tanzanie), Yoweri Museveni (Ouganda) et Paul Kagame (Rwanda). Evariste Ndayishimiye du Burundi était représenté par le vice-président Prosper Bagombanza, tandis que Salva Kiir du Sud-Soudan était représenté par le ministre des Affaires de la CAE, Deng Alor Kuol.

Un processus de vérification avait été effectué par une équipe de la CAE du 26 juin au 5 juillet 2021 afin d’établir le niveau de conformité de la RDC avec les critères d’admission dans cette communauté.  En novembre 2021, la 44e réunion extraordinaire du Conseil des ministres de la CAE a approuvé le rapport de la mission de vérification et l’a transmis au sommet des chefs d’Etat pour examen.

Intégration économique

La région orientale de la RDC effectue des échanges commerciaux avec l’Afrique de l’est, en plus d’utiliser les ports de Dar es Salaam (Tanzanie) et de Mombasa (Kenya)  pour ses activités d’exportation et d’importation. La RDC partage également une frontière avec cinq États membres de la CAE, à savoir la Tanzanie, le Burundi, le Rwanda, l’Ouganda et le Soudan du Sud.

Actuellement, en termes d’échanges, la RDC représente environ 6% des exportations totales des pays de la CAE. Cette dernière permet le libre-échange entre les États membres de la SADC (Afrique australe) et le Comesa (Marché commun de l’Afrique orientale et australe), deux organisations dont fait déjà partie la RDC.

Avec son siège à Arusha, en Tanzanie, la CAE est une organisation intergouvernementale régionale composée de six États membres : le Burundi, le Kenya, le Rwanda, le Soudan du Sud, la République unie de Tanzanie et la République d’Ouganda. La CAE abrite 177 millions de citoyens, dont plus de 22% sont des citadins. Elle a une superficie de 2,5 millions de kilomètres carrés et un produit intérieur brut combiné de 193 milliards de dollars américains (statistiques de la CAE pour 2019).

11 recommended
0 notes
bookmark icon

Write a comment...

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.