SOCIETE

La route principale de Sadelmi est menacée par l’érosion

• Bookmarks: 689


La principale route d’accès au quartier Sadelmi à Mfilou dans le 7ème arrondissement de Brazzaville est menacée par la progression de l’érosion qui a déjà englouti plusieurs maisons. Ce ravin, aujourd’hui à quelques mètres de la grande avenue, inquiète la population qui sollicite l’apport des autorités.

C’est une érosion qui progresse à pas de géant. Après avoir avalé les maisons et les écoles sur son passage, ce ravin menace de faire disparaître la principale voie d’accès à ce quartier. Un danger permanent qui va bientôt empêcher les populations de se mouvoir. Malgré la terre jaune compactée à cet endroit dans des sacs en toile, avec l’appui d’une société chinoise, pour tenter de freiner l’évolution de l’érosion, il faut avouer que la menace demeure.

« Si cette érosion arrive jusqu’à la route, cette dernière va se couper en deux et les gens éprouveront des difficultés à passer de l’autre côté de la route. Ce sera nettement impossible pour les véhicules. Car, en dehors de cette voie principale, nous n’en avons plus d’autres qui peuvent nous permettre de sortir du quartier », déclare Dolphe Obié, un habitant du coin.

La population lance un appel aux autorités compétentes pour des travaux de qualité, susceptibles de freiner au plus vite l’évolution de cette érosion.

«Bourrer les sacs et la terre jaune n’est pas professionnel. Nous craignons qu’ils s’abîment très vite avec ces pluies diluviennes. Nous demandons aux autorités compétentes d’effectuer des travaux de qualité, avec canalisation, afin de sauver cette voie principale », déclare Ghislain Kouloussazo, lui aussi habitant de Sadelmi.

Cette érosion qui a détruit des maisons a fait des nombreux sans abri. C’est le cas de Célestine Bileko, mère d’une famille démunie qui fait un plaidoyer au gouvernement.

« L’érosion a englouti ma maison. Actuellement, je vis chez une amie avec mes enfants, je ne sais quoi faire. Mon mari n’est pas un fonctionnaire. Il se débrouille seulement. Je ne suis qu’une simple vendeuse et je ne sais comment vivre avec ma petite famille. Nous demandons aux autorités de nous venir en aide », se lamente-t-elle.

D’une importance capitale, la voie principale de Sadelmi n’attend plus que réparation, même si l’espoir de ses populations semble s’amenuiser.

6 recommended
0 notes
bookmark icon

Write a comment...

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *