SOCIETE

Le commerce d’achat/vente d’eau est florissant ces jours-ci à Brazzaville. Pourquoi ?Explications.

• Bookmarks: 5210


La Congolaise des Eaux(LCDE), société publique chargée de la distribution d’eau au Congo, se réfugie, comme toujours, derrière les coupures de courant électrique opérées par sa sœur siamoise Énergie Électrique du Congo(E2C),pour tenter de justifier son incapacité à assurer pleinement ses services auprès de ses clients.

Des quartiers entiers sont sans courant et eau depuis plusieurs mois. Heureusement, l’eau des forages, propriété des privés, fait baisser l’adrénaline des consommateurs en ces temps de fortes chaleurs à Brazzaville. Pas cependant une bonne solution pour les plus pauvres, incapables d’assurer le paiement d’un bidon d’eau de 25 litres entre 200 et 500 FCFA. À quoi ont donc servi tous ces gros investissements, en milliards de FCFA, injectés dans les secteurs de l’eau et de l’énergie par le gouvernement congolais?

Le président Denis Sassou Nguesso a t-il été floué par ses lieutenants chargés de la mise en œuvre de ces projets? Pour le volet électricité, par exemple, comment a pu t-on construire des barrages hydroélectriques tout en oubliant d’investir dans la réfection d’un réseau suranné(il date des années 60)? Selon des experts interrogés, « le réseau de distribution d’électricité du Congo est d’une défectuosité qui nous expose au pire ». « Il est à l’image d’une vieille voiture qui tombe en panne régulièrement et, qui après dépannage, roule pendant quelques jours avant d’être à nouveau bricolé par un mécanicien dépassé par la récurrence des pannes », renchérit, d’un air goguenard, un expert du secteur ayant requis l’anonymat.

Alphonse Ndongo, journaliste économique et financier

5 recommended
0 notes
bookmark icon

Write a comment...

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.