OPINION

Le manque de communication utile tue le complexe sportif de Kintélé

• Bookmarks: 10295


À voir comment les camerounais( politiques, journalistes et influenceurs) ont dopé la communication de leurs infrastructures sportives, notamment les stades de Japoma(Douala) et Olembe(Yaoundé), il y a lieu de reconnaître que Brazzaville pèche par un excès de communication politique autocentrée et personnalisée qui fait oublier que Kintélé dispose d’un complexe omnisports, mieux loti que les deux principaux stades omnisports camerounais pre cités. Le complexe omnisports de Kintélé est à la fois un stade de football(La Concorde: 55000 places assises), un complexe nautique de premier niveau, un hôtel 5 étoiles, des restaurants haut de gamme de 3 fourchettes, des salles de conférences pouvant contenir jusqu’à 1000 personnes…

Aucun pays en Afrique au sud du Sahara, excepté l’Afrique du Sud et le Congo, n’en dispose. Où sont donc passés les communicants du Chef pour vendre ces infrastructures à l’international? Chaque fois que le Congo communique dans les grands magazines panafricains, il y a plus de politique, plus de communication personnalisée, un peu d’économie politique, et non la politique économique du pays. Jamais un accent n’a été mis sur ces infrastructures du complexe omnisports de Kintélé. Pire, les communicants officiels jettent leur dévolu- excepté Jeune Afrique- sur des magazines sans réelle visibilité à l’international. Émergence, Grands Lacs, Le Mediateur… , arrivent-ils à soigner l’image du Congo et de ses dirigeants?

Aussi étonnant que cela puisse paraître, Brazzaville n’a pas pu recevoir une seule délégation d’une équipe de football, en route pour la Can Total Énergies Cameroun 2021. La Guinée CONAKRY a même choisi le Rwanda, tandis que le Sénégal a dû se rétracter à la dernière minute, à cause de la pandémie à coronavirus, pour une mise au vert dans le même pays. Si Brazzaville avait su communiquer, peut-être, cette infrastructure sportive de Kintélé aurait-elle pu être sollicitée. Il n’est pas encore tard pour savoir vendre le Congo à l’international, surtout lorsqu’on dispose d’une infrastructure sportive de premier ordre en Afrique subsaharienne.

Alphonse Ndongo

10 recommended
0 notes
bookmark icon

Write a comment...

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.