OPINION

Les deux principaux héritages de Sassou aux Mbochis sont le vol et le tribalisme

• Bookmarks: 6273


Depuis son retour au pouvoir après une guerre civile sanglante, Denis Sassou Nguesso s’active à instaurer une domination tribale Mbochis sur le reste des Congolais. Des nominations à caractère tribales sont la principale politique du régime de Brazzaville qui ne se gêne plus d’une telle pratique. Le tribalisme et le vol des deniers publics sont les deux principaux héritages que Sassou Nguesso va léguer aux Mbochis.

Pour Denis Sassou Nguesso, les uniques Congolais qui valent sont les Mbochis. Dans l’armée comme dans l’administration publique, la promotion des Mbochis est devenue l’objectif prioritaire du clan au pouvoir. 90 % des officiers supérieurs de l’armée nommés à des postes clés sont issus de la Cuvette.

Il en est de même pour les directeurs généraux et la majorité des postes clés dans l’administration publique. Des 2000 étudiants envoyés à Cuba pour étudier la médecine, 1800 sont originaires du nord contre 200 du sud. Des voix silencieuses parlent d’une politique de domination sur le plan médical.

Tout Congolais peut se rendre compte de l’état d’abandon dans lequel le pouvoir laisse à escient la ville de Pointe-Noire qui est le principal poumon économique du pays au profit d’Oyo qui n’apporte rien au pays.

Le découpage électoral est encore une exemple de tribalisme du régime Sassou Nguesso. Dolisie qui est la troisième ville du pays a deux députés comme Ollombo ou Oyo avec moins de 20000 habitants. Un tribalisme honteux pour la conservation du pouvoir. La démographie du pays a été inversée.

La promotion ethnique des Mbochis a aussi entraîné l’avalanche et légalisation des détournements des deniers publics dont ils font montre. 8 sur 10 Mbochis ayant un poste de responsabilité sont des voleurs.

6 recommended
0 notes
bookmark icon

Write a comment...

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.