SOCIETE

Maya Maya : un parisien avec un passeport français qui critique souvent les autorités sur internet refoulé vers Paris à son arrivée

• Bookmarks: 111885


S’il y a des autorités qui ne supportent pas les critiques bien que constructives, ce sont celles du Congo qui du coup vous pointent comme leur ennemi. Un citoyen Congolais vivant en France et ayant acquis la nationalité vient d’être refoulé de l’aéroport de Maya Maya où il venait d’atterrir ce mercredi par un vol régulier d’Ethiopian Arlines pour être un critiqueur du régime sur les réseaux sociaux. «Si on vous arrête, la diaspora va crier à la dictature, sachez juste que ce n’est pas normal de venir dans un pays que vous insultez matin midi soir! Vu que vous êtes français, repartez chez vous, l’entrée sur notre territoire vous est interdite» lui a signifié le responsable de l’immigration.

Malgré l’intervention de sa famille qui l’attendait dehors, Patrick T a été remis dans le vol à destination de Paris via Addis Abeba, refoulé de son propre pays. Les posts ,commentaires et vidéos du cyberactiviste Patrick T lui ont joué un mauvais tour à son retour au pays où il a été soupçonné par les policiers aux frontières de venir salir l’image du pays avec des images et reportages.

Les policiers postés à l’aéroport de Maya Maya attendaient ce mercredi 16 février de pieds fermes un cyberactiviste dont le nom a été reconnu sur la liste des passagers du vol ET 861 de la compagnie Ethiopian Airlines en provenance d’Addis Abeba. Après concertation, la décision de ne pas l’autoriser à entrer au Congo a été prise avant même l’atterrissage.

Les policiers lui ont rappelé toutes ses critiques sur le Congo et ses autorités, un pays qu’il traite souvent de sale, sans électricité, eau potable, routes. Pour eux, il n’était pas trop beau pour lui de séjourner dans un tel pays et qu’il serait mieux et à l’abri de tous ses fléaux en France sa seconde patrie.

« Désormais, nous n’allons plus arrêter et placer en détention les cyberactivistes, mais vous serez juste interdit d’accès au pays !» lui ont rappelé les policiers.

Patrick T a passé juste une heure sur le sol brazzavillois, le temps qu’à durer aussi l’escale du vol qui continuait sur Pointe-Noire avant son retour vers Addis Abeba. Au moins les policiers ont accédé à sa requête de remettre ses bagages à sa famille qui l’attendait dehors.

11 recommended
0 notes
bookmark icon

Write a comment...

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.