POLITIQUE

Nick Fylla accuse Kiki Sassou de se comporter en fils à papa gâté et de manquer du respect aux ministres

• Bookmarks: 19147


Le cabinet du ministre du développement industriel et de la promotion du secteur privé dénonce avec la dernière énergie le comportement enfantin du ministre de la coopération et de la promotion du partenariat public-privé qui depuis sa nomination se plaît comme un enfant gâté à outrepasser ses prérogatives. Denis Christel Sassou Nguesso est soupçonné d’être esclave des 10 millions de dollars de commissions encaissés à la société Authentix pour la concession de la certification des produits à l’importation et à l’exportation. Malgré la clôture de ce débat, le fils du chef de l’État utilise son père pour imposer Authentix alors que cette prérogative revient à Nicephore Fylla.

En séjour à Whasington avec son père dans le cadre du sommet USA-Afrique, Denis Christel Sassou Nguesso a organisé une rencontre entre le chef de l’État et le président de la société Authentix le 13 décembre 2022. Les débats ont été orientés sur le projet portant sur les solution d’authentification et de traçabilité des produits à l’importation et à l’exportation.

Le président d’Authentix reçu le 13 décembre à Whashington par Denis Sassou Nguesso accompagné de son fils Kiki Sassou

Mais pour le cabinet du ministre Nick Fylla, cette rencontre n’avait pas sa raison d’avoir lieu si et seulement Denis Christel Sassou Nguesso respectait un peu le gouvernement dans lequel il est ministre au même titre que ses collègues. Après la nomination de l’actuel gouvernement, le premier ministre Anatole Collinet Makosso au cours des conseils a bien défini les tâches attribuées à chaque ministre.

Mais au grand étonnement de tous les ministres, Denis Christel Sassou Nguesso, est le seul ministre qui piétine les décisions du premier ministre. Il se croit au dessus de tous à cause de sa filiation avec le chef de l’État et n’hésite pas d’entraver la cohésion gouvernementale. Il est pris au piège par son ignorance et surtout de l’argent qu’il prend aux investisseurs désireux de travailler au Congo.

Dans un courrier daté du 17 juin 2022 et adressé au même patron du syndicat patronal Uni-Congo, le ministre Nicéphore Antoine Thomas Fylla Saint-Eudes ramènait les choses à l’ordre. «Me référant à la correspondance (référence) à vous adressée par le ministre de la coopération internationale et du partenariat public-privé, je vous confirme par la présente que les textes légaux et réglementaires ci-après, en lien avec les activités de normalisation, de métrologie, de certification et de promotion de la qualité dans tous les secteurs socio-économiques, sont toujours en vigueur», écrit-il, en citant deux lois, deux décrets présidentiels et deux arrêtés ministériels qui encadrent cette activité. Bref, il balayait d’un revers de la main l’information donnée par le ministre Sassou-Nguesso dans son courrier à l’Uni-Congo. Et il conclut sa lettre en rappelant que «l’Agence congolaise de normalisation et de la qualité (Aconoq) qui est,  du fait des lois et règlements, seule compétente et autorisée à conduire les activités précitées et dont le patronat est par ailleurs membre du comité de direction, se tient à votre disposition pour toute information que vos adhérents souhaiteraient obtenir à cet effet».

La lettre (image partielle) du ministre du développement industriel et de la promotion du secteur privé.

L’un des deux arrêtés cités est relatif à l’approbation du contrat entre l’Aconoq et la Société «Bureau veritas inspection valuation assessmentand control», dans le cadre de la fourniture des services de vérification de la conformité des produits embarqués à destination de la République du Congo.

Alors, le ministre de la coopération internationale et du partenariat public-privé a-t-il marché sur les platebandes de son collègue? En effet, la certification, la normalisation, etc, sont des activités relevant de la tutelle du Ministère du développement industriel et de la promotion du secteur privé. Y a-t-il eu de nouveaux textes juridiques qui disent le contraire ou autre chose? En tout cas, c’est là une affaire qui pourrait solliciter l’arbitrage du Premier ministre. Mais, il est clair qu’en matière du climat des affaires, ces contradictions au niveau du gouvernement devraient être soigneusement évitées.

Pourtant Denis Christel Sassou Nguesso, ne se sent pas concerné par les lois en vigueur au Congo et estime que le pouvoir qui leur appartient lui donne des prérogatives extraordinaires au point d’imposer ses décisions et ses choix. Coûte que coûte pour Kiki Sassou, le marché de l’authentification des produits doit revenir à Authentix et pour y arriver, son père a été utilisé.

19 recommended
0 notes
bookmark icon

Write a comment...

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *