POLITIQUE

Sur les traces d’un milliard de dollars de Jean Jacques Bouya cachés à Gilbratar, Monaco, Malte

• Bookmarks: 5588


Jean Jacques Bouya est ce ministre de la république du Congo qui a développé les règles de l’art dans les détournements des fonds publics contrairement avec ses ouvrages de pacotille qui ont coûté à l’État des milliards qui ont fini dans ses poches. Ayant la confiance aveugle de son oncle Denis Sassou Nguesso sur le pilotage des grands travaux, Bouya a mis en place un système de détournement qui fait de lui à ce jour l’un des hommes les plus riche du Congo dans le vol bien entendu. Disposant des comptes off shore à travers plusieurs paradis fiscaux, ce média s’est lancé sur les traces d’1 milliard de dollars hébergé à Gilbratar, Monaco et Malte.

Au sud de l’Espagne dans la province de l’Andalousie, la ville de La Linea de la Frontera est la porte principale sur le détroit de Gilbratar, cette montagne appartenant au Royaume-Uni. Un territoire sans importance et ressources qui a su développer comme la Suisse son secteur bancaire régi par le secret absolu. Un paradis fiscal qui attire tous les malfaiteurs du monde et surtout les évadés fiscaux dont Jean Jacques Bouya, ministre Congolais des Grands Travaux.

A la Gilbratar Savings Bank, c’est un virement de 800.000 dollars en provenance de la BBVA, une banque espagnole qui est réceptionné en faveur d’un compte appartenant officiellement à l’État Congolais, mais qui est en réalité de Jean Jacques Bouya. Ces 800.000 dollars partent d’abord d’une banque anglaise de Londres avant d’atterrir en Espagne. Le compte émetteur à Londres est celui d’une société opérant dans le pétrole au Congo. Le transit en Espagne est juste pour brouiller les pistes.

A partir de ce compte, Jean Jacques Bouya a réalisé d’autres opérations vers ses deux autres comptes à Monaco et Malte. Tenu désormais de divulguer aux services fiscaux français l’ensemble des avoirs des prédateurs africains soupçonnés dans les malversations dans leurs pays, la CMB livre à la France les mouvements du compte de Bouya et on y découvre des transactions de plusieurs millions de dollars.

Depuis Gilbratar Jean Jacques Bouya y a transféré 300.000 dollars qui ont été ensuite envoyés à Malte à la Banif Bank dans un compte appartenant toujours à Bouya, mais géré par un prête-nom Turc. Dans cette même compte Maltais, le ministre Congolais a fait un dépôt via son prête-nom d’un montant de 200.000 dollars.

Toutes ses opérations se réalisent en l’espace de deux mois entre Mai et Juillet 2020 alors que le monde subit les effets de la pandémie du Coronavirus. Les finances du Congo sont constamment saignées par les proches de Denis Sassou Nguesso se servant le plus souvent des sociétés écran et prête-nom. Jean Jacques Bouya est sans doute l’un des plus grands pillards des finances Congolaises.

5 recommended
0 notes
bookmark icon

Write a comment...

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.