POLITIQUE

PND 2022-2026 : l’année 2023 sera décisive dans la mise en œuvre des projets retenus

• Bookmarks: 1650


Le président de la République, Denis Sassou N’Guesso, a rappelé le 6 janvier que ses engagements pris devant le peuple sont traduits dans le Plan national de développement (PND) 2022-2026 dont 2023 sera l’année décisive dans la mise en œuvre des projets retenus.

Le chef de l’Etat, s’exprimant lors de la traditionnelle cérémonie d’échange de vœux de Nouvel An avec les corps constitués et les forces vives de la Nation, a indiqué que pour amorcer l’exécution des projets prioritaires, il faut des ressources nécessaires tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays.

Selon lui, une telle mobilisation des moyens nécessite, entre autres, de convaincre les partenaires techniques et financiers par l’ardeur au travail. Il s’agira aussi de les convaincre par le plaidoyer sur les atouts incontestables que présente le Congo; attirer les appuis recherchés en améliorant l’attractivité du climat des affaires.

« Ces préalables, qui conditionnent l’accompagnement de nos partenaires, demeurent à notre portée au regard des dispositions envisagées ou en cours d’application », a déclaré Denis Sassou N’Guesso.

Le partenariat public-privé, un atout de mobilisation des ressources

Le président de la République qui répondait aux vœux des corps constitués présentés par le président de l’Assemblée nationale, Isidore Mvouba, a partagé leur optimisme sur l’avenir du pays. Il a notamment mis un accent sur les progrès accomplis sur la voie du développement, notamment la construction des infrastructures évoquée par le président de la chambre basse du Parlement. « A l’évidence, transformer et moderniser le Congo ne sauraient être possibles sans équipements adéquats. Cette option stratégique porte déjà ses fruits depuis quelques années. Certes, beaucoup reste à faire. Nous nous y attelons même si, de nos jours, le coût des infrastructures atteint des seuils particulièrement onéreux. A ce sujet, les expériences novatrices, à l’instar du partenariat public-privé, doivent inspirer le processus de mobilisation des ressources nécessaires à la mise en œuvre de nos projets de construction d’infrastructures », a rappelé le président de la République.

A titre d’illustration, il a cité la gestion de la nationale n°1, qui enregistre d’après lui des résultats remarquables, en termes de maintenance, d’entretien et de viabilité de cette route lourde. « Un tel mécanisme pourrait être étendu à d’autres secteurs, en l’occurrence aux infrastructures sportives, portuaires et aéroportuaires», a-t-il dit.

«De ce fait, il nous faut quitter, de manière pérenne, le cycle ruineux de construction-destruction-reconstruction pour consolider les acquis. C’est ici le lieu de fustiger fermement les actes de vandalisme perpétrés contre le patrimoine public et les constructions anarchiques qui exposent à la destruction des ouvrages importants », a déploré Denis Sassou N’Guesso.

Le chef de l’Etat a, par ailleurs, rappelé que la récession observée de 2014 à 2016, consécutive à la baisse drastique des cours du pétrole, et l’impact de la pandémie de covid-19 survenue en 2020, cèdent progressivement le pas à la relance de l’économie nationale. Ainsi, le taux de croissance de 2,6% observé en 2022 devrait se raffermir en 2023.

16 recommended
0 notes
bookmark icon

Write a comment...

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *