OPINION

Pourquoi les artistes congolais portent-ils toujours des lunettes de soleil ?

• Bookmarks: 12314


A première vue, les solaires c’est chic, c’est sexy, c’est fun, c’est luxe ! Oui mais pas que. C’est aussi un code établi, une histoire d’identité et d’apparence.  Ou comment se mettre dans la peau d’une star !

Le soleil au Congo, on en connaît un rayon, il tape et il tape fort ! Pour s’en protéger, quoi de plus naturel que de se mettre à l’ombre d’un parasol ou d’une ombrelle et, lorsqu’il faut l’affronter dans les rues de Brazza ou Ponton, porter des lunettes de soleil.  Oui mais. Sur le tournage d’un clip ? Pour un shooting photo ? Et même sur un plateau de télévision ? Ah oui, là ce n’est plus pour se protéger des UV, voire même de corriger la vue, non ce n’est qu’une question de look ! Et les artistes congolais de suivre les standards du show business, le plus souvent américain, et de se croire presque obligés de porter cet accessoire de mode en toutes circonstances pour se fondre dans la peau d’une star et faire « style », y compris dans les émissions TV où le soleil ne brille que par son absence. Alors pourquoi ?

Les lunettes de stars serviraient-elles à se protéger des flashes des paparazzi ? Il faudrait au Congo des célébrités pour cela et des photographes pour les traquer jusque dans leur vie intime. Il faut donc oublier cette hypothèse et en déduire que c’est un code établi par les artistes pour se distinguer de la masse.  Car, cacher son regard derrière des lunettes noires est paradoxalement donner une meilleure visibilité à tout son personnage en entier aux yeux du public.  Oui, les lunettes de soleil, c’est chic et elles sont symboles d’une vie cool et sexy intimement liée à un certain luxe. Elles confèrent également  à l’artiste qui les porte un léger sentiment de supériorité face à ses interlocuteurs comme s’il s’agissait sur un plateau de télévision de ne pas confondre artiste avec animateur. Après tout, mélangeons-nous les serviettes avec les torchons ?  

Cependant, si la voix d’une chanteuse ou d’un chanteur est son principal atout de séduction, il n’en reste pas moins que le regard, dont on dit qu’il est le reflet de l’âme, en est un autre et qu’il éclaire bien souvent le fond de la pensée. Pour Nicolas Gueguen, chercheur en sciences du comportement,  «  Avec des lunettes noires on ne peut pas décoder ce qu’il se passe chez la personne qui les porte. Si on bloque cette communication visuelle, non verbale, on bloque beaucoup de choses dans les interactions humaines ».  L’objet porterait donc en lui une part de mystère. Mais c’est hélas sans compter que l’objectif de se faire ainsi remarquer débouche parfois sur l’effet contraire, les artistes congolais s’uniformisant derrière le stéréotype de cet accessoire de mode. Vu comme ça, on n’en fera pas toute une histoire non plus.

12 recommended
0 notes
bookmark icon

Write a comment...

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.