ACTUALITE

Procès de l’assassinat de Thomas Sankara: la défense poursuit ses dernières plaidoiries

• Bookmarks: 8208


La défense poursuivait ce mercredi ses plaidoiries dans le procès de l’assassinat de Thomas Sankara. Les dernières avant le délibéré des juges. Il ne manque plus que le cas du général Gilbert Diendéré, considéré comme l’un des principaux responsables de la mort du père de la révolution burkinabè.

À la fermeture de l’audience en fin d’après-midi, les cas de onze assassins et complices présumés avaient été entendus par la chambre de première instance du tribunal militaire de Ouagadougou.

Les conseils des tueurs présumés du père de la révolution burkinabé continuent d’insister sur l’absence de preuve contre leurs clients et la prescription des faits qui remontent au 15 octobre 1987.

Le procès s’est ouvert ce matin avec Me Eliane Marie Natacha Kaboré, conseil de Yamba Elysée Ilboudo, le seul ayant plaidé coupable pour les faits de complicité d’attentat à la sûreté de l’État et assassinat. Le seul également à avoir pointé du doigt ses co-accusés. L’avocate a rappelé que son client n’était qu’un « simple chauffeur » qui s’est contenté d’obéir à Hyacinthe Kafando, à qui l’on prête le premier rôle dans cette affaire et actuellement en fuite.

L’avocate a précisé que son client a juste servi de chauffeur au commando, sous l’ordre de Hyacinthe Kafando, à qui l’on prête le premier rôle dans cette affaire et actuellement en fuite. Pour Me Kaboré, Elysée Ilboudo ignorait totalement qu’un coup d’État était en préparation et n’avait donc aucune intention criminelle.

Puis est arrivé le dossier Bossobé Traoré, que l’on accuse d’être la taupe au sein du camp Sankara. Il avait été blessé dans l’attaque du Conseil de l’Entente, où se tenait la dernière réunion de l’ancien président. Des accusations que sa défense a énergiquement rejetées, arguant que son client se sentait très proche de Thomas Sankara.

Dans l’attente de la plaidoirie des avocats de Gilbert Diendéré

L’après-midi s’est achevé sur Ninda Tondé, le chauffeur du général Gilbert Diendéré, accusé de subornation de témoin. L’enregistrement clandestin qui implique l’inculpé est considéré comme « un modèle déloyal d’acquisition de la preuve », par Me Ollo Larousse Hien, pour qui la pièce audio aurait due être rejetée par les juges.

La dernière plaidoirie et la plus attendue se déroule ce jeudi 24 mars avec les cinq avocats du général Gilbert Diendéré. Ce dernier est identifié comme l’un des acteurs cruciaux de l’assassinat du père de la révolution burkinabé et de ses hommes et qui encourt vingt ans de prison.

8 recommended
0 notes
bookmark icon

Write a comment...

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.