SOCIETE

Santé publique : le Congo évalue son Plan d’action national de sécurité sanitaire

• Bookmarks: 817


Les cadres du ministère de la Santé et leurs partenaires évaluent, du 13 au 17 septembre à Brazzaville, les activités à mi-parcours du Plan d’action national de sécurité sanitaire (Panss) 2020-2024 et celles du Règlement sanitaire international (RSI 2005) afin de réajuster la lutte contre les épidémies au Congo et dans la sous-région.  

Au cours de l’atelier résidentiel de validation des données de l’auto-évaluation des capacités du RSI et de la revue des activités du Panss du Congo 2020-2024, les délégués des ministères ainsi que les partenaires du secteur de la santé vont présenter les progrès réalisés, en fonction des indicateurs associés aux dix-neuf domaines techniques du RSI-2005.  

Ils valideront, par la suite, les données renseignées par les parties prenantes sur les capacités de mise en œuvre du RSI-2005 et examineront les défaillances dans les systèmes de surveillance épidémiologique, de préparation et de réponse aux urgences sanitaires, selon l’approche « Une seule santé ». Cette approche repose sur l’idée selon laquelle la santé humaine et la santé animale sont interdépendantes et liées à la santé des écosystèmes dans lesquels elles cohabitent.

C’est ainsi que les participants à l’atelier vont également faire des propositions afin que les systèmes d’alerte soient efficaces et suggéreront des approches pour que le RSI intègre les commentaires multisectoriels pluridisciplinaires des partenaires nationaux.

Selon le coordonnateur et point focal national du RSI, le Dr Jean Claude Emeka, le Plan d’action national de sécurité sanitaire est non seulement un engagement du gouvernement congolais pour améliorer la situation de la sécurité sanitaire de la population, mais aussi une adhésion au pacte mondial pour la sécurité sanitaire. Il a rassuré l’auditoire que les actions prioritaires ont été répertoriées afin d’affermir les capacités essentielles requises pour améliorer la sécurité sanitaire du Congo et de la sous-région.

Estimé à environ 93 331 747 108 F CFA, il est prévu que la mise en œuvre du Panss soit en partie financée par les partenaires au développement du secteur de la santé. L’Organisation mondiale de la santé, pour sa part, continuera de coordonner la plate-forme permettant aux partenaires de collaborer afin de consolider les capacités du RSI-2005 et d’accroître la contribution du Congo à la sécurité sanitaire mondiale.  

Le RSI est un instrument de droit international, dont la dernière version a été adoptée par la cinquante-huitième assemblée mondiale de la santé, le 23 mai 2005. Au terme de la signature par le Congo du RSI, le « pays a procédé de janvier à mars 2019 à son évaluation externe conjointe des principales capacités de mise en œuvre et à l’évaluation des performances des services vétérinaires. Au terme de ces évaluations, il a été recommandé au Congo de renforcer davantage l’ensemble des domaines techniques », a indiqué Jean Ignace Tendelet, directeur de cabinet du ministre de la Santé, à l’ouverture des travaux de l’atelier.

8 recommended
0 notes
bookmark icon

Write a comment...

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.