OPINION

Seuls les PCTistes marteaux et complètement frappés ne le comprennent pas !

• Bookmarks: 1570


Un jour, Brazzaville se réconciliera avec son destin historique. Simplement, cette magnificence sera exaltée par la modernité. Elle deviendra une des plus belles villes du continent avec des artères féeriques, des immeubles somptueux, une électricité souterraine, des jardins publics saisissants de charme, un métro urbain palliera à la chronique carence du transport public curieusement insolvable de nos jours.

Finis les nids de poule desquels dénotent toutes les plaies qui traduisent l’indigence d’un développement au souffle court, d’autant plus incompréhensible que le pays est un émirat pétrolier avec le confort d’une faible démographie.

Le pays tarde à se réaliser car pour baroque qu’il soit, le tribalisme plastronne comme le lierre autour de la pierre. Oui, je vis pour voir ce jour arrivé, consolé de mon vieux malheur par une beauté qui relèvera des canons de l’architecture moderne et de l’apport des nouveaux matériaux.

Qu’est ce qui à ce jour est opposable à cette vie rêvée ? Sans être désobligeant, je peux évoquer le refus de se renouveler qui est consubstantiel du goût du pari.

Le gouvernement, recyclé indéfiniment avec les mêmes gens dont les preuves de compétence ne sont visibles qu’au microscope à force atomique, assume sans sourcilier ce passif humiliant qui, sous d’autres cieux, conduirait les intellectuels à démissionner et les malfaisants directement à la maison d’arrêt.

Tant que ce pouvoir moribond et mortifère sera aux affaires, le Congo se privera toujours des talents nouveaux, sauf si ce Président plongé depuis des lustres dans une léthargie hypnotique, venait à virer ce conglomérat de contre-performants. Il ne tient qu’à lui, le pas à franchir étant de disposer de la peur de l’inconnu. Est ce mal de le dire ? Non, c’est citoyen !

Seuls ne peuvent s’insurger que les courtisans les plus marteaux mais alors complètement frappés, qui ne se complaisent qu’au confort du monde connu et que bien entendu l’inconnu effraie.

Quand on aime son pays, on l’exprime comme moi. Qui pour ne pas le comprendre ?

Que Dieu bénisse le Congo-Brazzaville

Laurent DZABA
Président du Mouvement Panafricain et Citoyen

15 recommended
0 notes
bookmark icon

Write a comment...

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *